Intelligence Affaire|Magazine sénégalais sur l'économie et l'entrepreneuriat
 

Le Coût Exorbitant De L’énergie Freine La Croissance Sénégalaise

L’énergie, un élément déterminant dans la course vers le développement, est aujourd’hui un des défis majeurs de l’économie sénégalaise. Au ‘’pays de la Téranga », le coût exorbitant de l’énergie associé à l’insécurité de l’approvisionnement en énergie (notamment l’électricité), constitue un frein important à la croissance du secteur privé et contribue également à l’affaiblissement du cadre budgétaire, a souligné la Banque mondiale dans un rapport publié ce jeudi 29 septembreà Dakar.

Dans son ouvrage, l’institution internationale a tenté de montrer la voie à suivre pour corriger la donne. «Le défi pour le Sénégal consiste à assurer un approvisionnement compétitif en électricité aux zones industrielles et agricoles dont le potentiel est le plus important. Le secteur de l’électricité a besoin d’une remise en état et d’une modernisation pour faire face à une demande qui augmente d’environ 10% par an», note ladite structure.

Celle-ci a rappelé, en ce sens, que rien qu’en 2010, des pannes de courant se sont produites sur 270 jours, dont l’impact sur la croissance économique pouvait représenter 114% du Pib. Le délestage s’est aggravé en 2011 avec environs 250 Gwh d’énergie non distribués, ce qui représente 11% des ventes totales d’électricité. «Des projets d’investissement visant à diversifier le bouquet énergétique au-delà du pétrole ont été conçus dès le milieu des années 2000, sans jamais être mis à exécution», regrette également la Banque mondiale, dans son rapport.

La structure trouve que «le Sénégal se doit de diversifier son bouquet énergétique en attirant par exemple les investissements privéset en améliorant la gestion du secteur. La lourde dépendance du pays à l’égard des produits pétroliers importés pour son approvisionnement en énergie, indique le rapport, a pesé sur sa compétitivité, affaibli son cadre budgétaire et continue de freiner considérablement la croissance. Pis, «les investissements réalisés dans le secteur au cours des 5 dernières années ont été inefficaces et se sont substitués à d’autres dépenses et investissements plus productifs», regrette la Banque mondiale.

Seneweb

Partagez dans les réseaux sociaux:
The following two tabs change content below.
Partager cet article

Laissez un commentaire

En cours...

Inscription au Newsletter

Inscrivez vous dés maintenant et recevez notre info-lettre périodiquement!
Go
})(jQuery)
En cours...

Inscription au Newsletter

Inscrivez vous dés maintenant et recevez notre info-lettre périodiquement!
Go
})(jQuery)